Ivan Kyncl

Aller en bas

Ivan Kyncl

Message  Luce le Mar 12 Nov 2013 - 23:16

Ivan Kyncl : très bel hommage rendu à l'homme et au photographe disparu en 2004, par Terry Hands dans The Guardian.
Looking back, Ivan's photographic record makes whole scenes look better than they actually were. It is the highest accolade you can pay a theatre photographer.
Ivan's gift lay not solely in his technique - the chiaroscuro, the swirl of movement, the glint in the eye - it was the ability to catch in a millisecond the essence of a scene or performance - the image sometimes of an entire play.
Voir la traduction en français ici.
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ivan Kyncl

Message  Luce le Mer 1 Jan 2014 - 18:31

Britain pays last respects to Czech-born theatre photographer Ivan Kyncl (Radio Prague, 20 octobre 2004).
On Tuesday, theatre directors, actors and playwrights gathered at the Royal National Theatre in London to pay their last respects to the Czech-born stage photographer, Ivan Kyncl, who died of a heart attack aged 51. Ivan Kyncl was one of many Czech artists whose work is better known abroad than at home and the Czech Republic still owes him an exhibition of his photographs.
Through hard work he became the Royal Shakespeare Company's house photographer and worked for other theatres as well - the Almeida, the Royal Court and the Royal National Theatre. Harold Pinter, Arthur Miller, Tom Stoppard and Andrew Lloyd Webber all asked him to be their personal photographer.
Voir la traduction en français ici.
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Ivan Kyncl - Le journal de la dissidence en Tchécoslovaquie

Message  Luce le Jeu 16 Jan 2014 - 2:02

Fotoarchiv kommt nach Bremen (Weser-Kurier, 19 août 2010).
Bremen. Es ist ein großer Coup für die Forschungsstelle Osteuropa der Uni Bremen: Nach mehrjährigen Verhandlungen übergibt Alena Melichar, Witwe des verstorbenen tschechischen Fotografen Ivan Kyncl, einen Teil seines Nachlasses an die Forschungsstelle.
Des clichés d'Ivan Kyncl. Le dernier est touchant (signé Oldřich Škácha).

On retrouve ces clichés dans la revue de l'Université de Brême n°115 en .pdf (p2).

Ces clichés et d'autres sont sur le site Zeithistorische Forschungen.

Ivan Kyncl was repeatedly arrested by the communist secret police and humiliated. He finally left Czechoslovakia in 1980, with just his camera in his bag. He was given asylum in Britain and knowing no English, he started from scratch.

Ivan Kyncl sur le quai de la gare centrale de Prague le jour de son émigration, le 22.10.1980 (la photo est d'Oldřich Škácha).

D'autres photos du départ et d'autres portraits d'Ivan Kyncl, prises par Oldřich Škácha, sont visibles sur le site d'Art Magazin (au sujet de l'exposition "Ivan Kyncl - Fotograf Charty" présentée à Prague à la galerie Josefa Sudka, du 14 février au 31 mars 2007, à l'occasion du 30e anniversaire de la Charte 77 - le catalogue de l'exposition est en vente ici).
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ivan Kyncl

Message  Marina le Jeu 16 Jan 2014 - 7:28

After all I have read about Ivan Kyncl, I have to say that it was an honour for MM to be photographed by him.
avatar
Marina
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 2489
Age : 60
Localisation : Aalen, Deutschland
Date d'inscription : 25/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Charte 77

Message  Luce le Sam 18 Jan 2014 - 15:47

La Charte 77 : documents, objets et photographies au Musée national (Radio Prague, 28 janvier 2007).
« Nous avons acquis, pour cette exposition, des photos d'Ivan Kyncl. C'est un très bon photographe qui s'est fait connaître surtout en Grande-Bretagne, où il s'était exilé en 1981. Là-bas, il est devenu l'un des meilleurs photographes de spectacle au monde. Nous exposons ses travaux des années 1970. Il photographiait les dissidents, des images de la vie quotidienne, des tziganes, des personnes âgées... Si nous avons choisi ces photos, c'est parce qu'elles dégagent parfaitement l'ambiance de l'époque, cette ambiance grise des années 1970, telle qu'elle était en réalité. »

Des photos d'Ivan Kyncl, ainsi que des photographies tirées de la presse officielle, des livres édités en samizdat et divers objets sont au cœur de cette exposition sur la résistance anti-communiste.
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nécrologie dans 'The Guardian' du 19 octobre 2004

Message  Luce le Mer 22 Jan 2014 - 16:54

Le texte de Terry Hands :
Ivan Kyncl
Photographe de la scène britannique d'origine tchèque.

    Terry Hands
    The Guardian, mardi 19 octobre 2004 23.55 BST

Il est difficile d'être photographe de théâtre en Grande-Bretagne. Les conditions de travail sont mauvaises - souvent une seule répétition, la « couturière » avec costumes, éclairages et incertitude sur la présence des acteurs - et des clichés au final choisis non par le photographe mais d'habitude par le département marketing.

Les praticiens du théâtre veulent l'excitation, le mouvement, la "sensation" d'un spectacle; les journaux veulent trop souvent la haute définition et la photo de face. Et le commerce gagne habituellement, ainsi on se retrouve avec des artistes talentueux, des deux côtés de l'objectif, représentés par des photographies statiques qui pourraient être de n'importe quelle pièce jouée n'importe où, n'importe quand. Il n'y a que sur le continent qu'il semble possible d'allier haute définition et art, aussi, en 1985, je suis allé à la recherche d'un photographe continental.

J'ai trouvé Ivan Kyncl, qui est décédé d'une crise cardiaque à 51 ans. Il avait écrit à la Royal Shakespeare Company en joignant une poignée de clichés d'une pièce de Vaclav Havel en répétition dans un salon quelque part dans Prague. C'était un dissident et il avait été emprisonné, battu et finalement jeté dehors. Il était apatride et sans-abri.

Kyncl est né à Prague, fils de Karel Kyncl, un dissident tchécoslovaque de premier plan qui avait perdu son emploi de journaliste à la radio en 1968 avec l'invasion soviétique de son pays et avait été emprisonné. Ivan a été puni pour les choix politiques de son père en étant refusé à une formation universitaire; à la place, il a pris des cours de photographie commerciale. Après avoir été arrêté et expulsé de Tchécoslovaquie, il a reçu l'asile ici dans ce pays en 1980.

Quand j'ai vu ses photos, je lui ai demandé de photographier « Red Nose » de Peter Barnes (1985) à la Royal Shakespeare Company. Les résultats ont été aussi sauvages et anarchiques que la pièce elle-même. Cette année-là « Red Nose » a remporté le prix Olivier New Play. En regardant en arrière, toutes les scènes prises par l'objectif photographique d'Ivan semblent meilleures que ce qu'elles étaient en réalité. C'est le plus grand compliment que l'on puisse faire à un photographe de théâtre.

En une saison, il était devenu le photographe maison de la RSC. En un an, d'autres théâtres lui offraient du travail - Almeida, Royal Court, National Theatre. Au moment de sa mort, il était demandé partout dans le pays. Il avait une maison, un studio, une résidence en bord de mer et la citoyenneté britannique - mais il est toujours resté tchèque.

Pendant la période communiste en Tchécoslovaquie, il avait fait sortir clandestinement des photos prises avec un appareil photo fixé sur sa chaussure ou caché sous une boutonnière, et il n'a jamais perdu l'esprit d'improvisation parfois espiègle du dissident. Je me souviens une fois à New York d'un producteur qui refusait de payer ses frais de voyage. Ivan a haussé tristement les épaules et lui a demandé s'il pouvait être conduit au Russian Tea Room où il devait rencontrer un Frank quelque chose qui écrivait pour un journal. "Quel journal ?" "J'ai oublié, a déclaré Ivan, mon anglais est si mauvais - désolé - je pense que c'est le New York Times..."

"Pas Frank Rich ?" "C'est ça, a déclaré Ivan, désolé - ma mauvaise mémoire aussi... " Ils ont payé ses dépenses sur place et ont fourni une voiture pour l'emmener à une rencontre fictive avec le célèbre critique d'art dramatique du NYT.

Lorsque le régime communiste a pris fin en 1989, Vaclav Havel est devenu président de la Tchécoslovaquie et a fait une visite d'Etat de 24 heures en Angleterre. Ivan a téléphoné et a demandé si la RSC souhaitait recevoir Havel pour une pièce au Barbican. «J'en parle à mon père » a-t-il dit, alors que son père était dans le nouveau gouvernement de Havel. Les 24 heures ont été étirées en 48 et apparemment la moitié des ministres, l'opposition et la plupart des dramaturges de Londres se sont entassés dans la fosse d'orchestre pour assister à "Singer" de Peter Flannery.

Plus tard, après la fête et les discours (Havel a parlé aux hommes politiques en tant qu'écrivain et aux écrivains en homme politique), je l'ai reconduit à sa voiture dans le cortège. Le président riait et plaisantait avec ses gardes du corps, de grands Tchécoslovaques imposants à la féroce moustache est-européenne. «Ils ont l'air d'être amis," ai-je fait remarquer à Ivan. "Bien sûr," a-t-il dit, "ce sont les acteurs de sa compagnie. Celui-là faisait un fantastique Macbeth. "Ils trouvent que tant de voitures, très drôle..."

Ils étaient les gens d'Ivan. C'était son monde et, en le perdant, nous avons non seulement perdu un ami très cher, mais un peu de notre histoire européenne commune.

Ivan était un bourreau de travail, mais son centre était encore sa femme Alena. Ils ont été ensemble pendant 23 ans. Source d'inspiration, soutien, aide, elle était à ses côtés quand il est mort. Connaissant Ivan, il n'aurait pas pu demander mieux.

À 51 ans, il avait atteint le point où il pouvait devenir plus sélectif. Des livres auraient suivi et peut-être même aurait-il pu former selon ses méthodes. Mais le don d'Ivan ne se trouvait pas seulement dans sa technique - le clair-obscur, le tourbillon de mouvement, la lueur dans l'œil - c'est la capacité à prendre en une milliseconde l'essence d'une scène ou la performance - l'image parfois d'une pièce entière.

Il sera, j'en suis sûr, un jour égalé, mais pas dépassé. Il était le Cartier-Bresson des photographes de théâtre.


Dernière édition par Luce le Jeu 23 Jan 2014 - 1:54, édité 1 fois
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Article de 'Radio Prague' du 20 octobre 2004

Message  Luce le Jeu 23 Jan 2014 - 14:16

Le texte de Radio Prague :
La Grande-Bretagne rend un dernier hommage au photographe de théâtre d'origine tchèque Ivan Kyncl

20-10-2004 | Pavla Horáková

Mardi, metteurs en scène, acteurs et dramaturges se sont réunis au Royal National Theatre à Londres pour rendre un dernier hommage au photographe de scène d'origine tchèque Ivan Kyncl, décédé d'une crise cardiaque à 51 ans. Ivan Kyncl était l'un des nombreux artistes tchèques dont le travail est mieux connu à l'étranger que chez eux et la République tchèque lui doit encore une exposition de ses photographies.

Ivan Kyncl né à Prague, est le fils de Karel Kyncl, un journaliste de la Radio tchécoslovaque qui a perdu son emploi et a été emprisonné après l'invasion soviétique de 1968. En conséquence, Ivan s'est vu refuser une formation universitaire. Il gagnait sa vie comme photographe commercial mais en même temps il n'a cessé de consigner la vie des membres de l'opposition anti-communiste persécutée. Il a pris des photos de prisonniers politiques, des membres du mouvement des Droits de l'Homme Charte 77, le théâtre soi-disant "salon" de l'actrice Vlasta Chramostová, sur liste noire, et il a également été à l'enterrement du père du futur président Vaclav Havel.

Ivan Kyncl a été arrêté à plusieurs reprises par la police secrète communiste et humilié. Il a finalement quitté la Tchécoslovaquie en 1980 avec juste son appareil photo dans son sac. Il a reçu l'asile en Grande-Bretagne et ne sachant pas l'anglais, il a commencé à partir de zéro.

Grâce à un travail acharné, il est devenu le photographe maison de la Royal Shakespeare Company et a travaillé pour d'autres théâtres aussi - l'Almeida, le Royal Court et le Royal National Theatre. Harold Pinter, Arthur Miller, Tom Stoppard et Andrew Lloyd Webber tous lui ont demandé d'être leur photographe personnel.

Ivan Kyncl était un bourreau de travail. Il pouvait prendre des photos de spectacles en soirée, les développer pendant la nuit pour qu'ils soient prêts le matin. Mais il n'a jamais oublié de trouver le temps de faire quelque chose pour son ancienne patrie. Par exemple, il a pris des photos du poète tchèque en exil Ivan Blatny décédé dans un établissement psychiatrique en Angleterre.

Après la chute du communisme en Tchécoslovaquie en 1989, Ivan Kyncl est resté en Grande-Bretagne. Il avait épousé Alena Melichar, la fille d'émigrés tchèques, et a eu le travail qu'il aimait. Et son père, Karel Kyncl, travaillait à Londres en tant que correspondant de la Radio tchécoslovaque.

Depuis 1989, Ivan Kyncl n'a pas eu une grande exposition dans son pays natal, bien que son travail à partir de la période dite de «normalisation» des années 1970 dépeigne la vie et le sort de toute une génération.
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Nécrologie dans 'The Guardian' du 19 octobre 2004

Message  Luce le Jeu 23 Jan 2014 - 15:28

A la fin de l'article du Guardian, il y a un court message d'Antony Sher qui écrit :
Comme ancien prisonnier politique, Ivan avait une approche instinctive de l'Auschwitz de Primo Levi, et il a produit une série d'images obsédantes. Mon dernier souvenir de lui est de le voir rôder autour de la scène du Cottesloe. La séance photo était finie et il fallait partir de toute urgence pour certains travaux techniques - c'était pendant les générales - mais il s'attardait, espérant une prise de plus, une chance de plus, et de temps à autre il s'élançait pour la saisir.

Sa passion pour son travail est allée bien au-delà de toute attente dans ce métier. On le surnommait en plaisantant Ivan le Terrible, tout en sachant qu'il était en fait Ivan le Grand. L'un des plus grands photographes que le théâtre ait jamais eu, je dirais.
  • Ivan Kyncl, photographe, né le 15 avril 1953; est décédé le 6 octobre 2004
Pour un aperçu de ces photos, voir ArenaPal. Chercher : Ivan Kyncl Primo
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le livre de Karel et Ivan Kyncl

Message  Luce le Jeu 30 Jan 2014 - 14:00

Le livre "AFTER THE SPRING CAME WINTER" de Karel et Ivan Kyncl a été édité en 1985 en Suède par la fondation "Charte 77" comme une contribution majeure aux Droits de l'Homme en Tchécoslovaquie des années 70 et début 80.

 
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Ivan Kyncl "tells one man's stoic story of survival"

Message  Luce le Lun 10 Fév 2014 - 15:12

Antony Sher writes: As a former political prisoner, Ivan had an instinctive feel for Primo Levi's Auschwitz, and produced a series of haunting images.

   

A gauche : en 1976 Ivan Kyncl photographie le dissident Jan Tesaf en Tchécoslovaquie (voir ici - Exposition pour le 30 anniversaire du procès des Comités pour la défense des personnes injustement persécutées).

A droite : en 2004 Ivan Kyncl photographie le comédien Antony Sher interprétant Primo au théâtre en Grande-Bretagne (voir ici une critique américaine du spectacle).
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ivan Kyncl

Message  Luce le Mar 11 Mar 2014 - 16:11

Un portrait d'Ivan Kyncl par le photographe Clive Barda.



Le site de Clive Barda Very Happy
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ivan Kyncl

Message  Matthieu le Mar 11 Mar 2014 - 18:07

Clive Barda a photographié A Midsummer Night´s Dream (voir liste).
avatar
Matthieu
Fan libre

Nombre de messages : 6924
Age : 57
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 17/12/2008

http://www.matthew-macfadyen.org/

Revenir en haut Aller en bas

Hommage à Ivan Kyncl en 2014

Message  Luce le Mar 8 Avr 2014 - 1:29

En hommage à Ivan Kyncl, décédé en 2004, un livre intitulé :

"Rebellion with the camera
1970s Czechoslovakia in the photographs of Ivan Kyncl"
sera publié en juillet 2014 en allemand, tchèque et anglais. (Le livre est en pré-vente chez Kerber / Collector's Edition).
Prague-born Ivan Kyncl (1953–2004) attracted international attention in the 1970s: he managed to secretly photograph the surveillance practices of the secret police and to smuggle photographs into the West. Kyncl not only documented the persecution of Czech dissidents, he also revealed the everyday life of marginalised groups in the Czechoslovak Socialist Republic following the suppression of the Prague Spring. He did so from an ideologically “deviant” perspective that ran contrary to the aesthetic normalisation of Socialist Realism. This book also presents Kyncl’s theatre photographs and reportage, which he produced after emigrating to London in 1980.
Les auteurs : Vilém Precan, Heidrun Hamersky, Alena Melichar, Hans-Dietrich Genscher et al

En lien, une exposition de ses photographies sera organisée à Brême en Allemagne du 10 juillet au 20 août 2014 puis en République tchèque, à Prague en septembre 2014 et à Brno en novembre 2014.

avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Rebellion with a camera

Message  Luce le Mar 1 Juil 2014 - 11:05

Ivan Kyncl, Rebellion With a Camera sur Amazon.fr (sortie le 15 juillet chez l'éditeur).
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ivan Kyncl

Message  Luce le Mer 6 Aoû 2014 - 14:48

Luce a écrit:En lien, une exposition de ses photographies sera organisée à Brême en Allemagne du 10 juillet au 20 août 2014 puis en République tchèque, à Prague en septembre 2014 et à Brno en novembre 2014.
Changement de dates d'après cet article en allemand :
L'exposition est à voir dans l'Hôtel de ville (dans la mairie) de Brême encore jusqu'au 17 août et va au printemps 2015 à Prague et Brno.
avatar
Luce
Fan extraordinaire
Fan extraordinaire

Nombre de messages : 5078
Age : 66
Localisation : Toulouse ou ailleurs
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ivan Kyncl

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum